Appel commun de personnalités PS-vert-modem

Publié le par Réformisme et rénovation


Vous trouverez ci-dessous l'appel commun signé par diverses personnalités du PS, du Modem et des Verts.

Le texte est paru aujourd'hui (lundi 11 juin) dans les pages Rebonds de Libération:

http://www.liberation.fr/rebonds/260420.FR.php

Cet appel peut être signé en ligne sur le site.


ll sera prolongé par une journée de débat et de travail le samedi 7 juillet au Sénat.
Avec Jean-Marie BOCKEL, nous nous engageons pleinement dans cette initiative.
R2 peut y prendre toute sa place

Bien à tous,

Jean-François PASCAL

www.onatoujoursraisondinventer.eu

Le premier tour des élections législatives est venu confirmer le succès de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle. Une telle séquence oblige la gauche, le centre et les écologistes à entreprendre un double travail d’analyse et d’invention.

Il n’est pas question pour nous d’abandonner le combat politique, et de nous laisser gagner par le découragement. Nous récusons un projet de société injuste et inégalitaire. Nous ne voulons pas d’une démocratie atrophiée par une concentration des pouvoirs sans précédent sous la Vème République. Les électeurs qui refusent le triomphalisme de l’UMP et qui souhaitent un autre avenir politique pour notre pays attendent de l’opposition qu’elle fasse montre d’audace.

Exigence démocratique et occasion de refondation politique, une coalition plurielle doit se former en vue du second tour des législatives.
Le combat politique et le travail de rénovation doivent aller de pair. Les convergences qui se sont esquissées durant la campagne présidentielle doivent être développées.

Face au risque d’une majorité d’élus ne représentant pas la société française et privant le pays de tout contrepoids politique et institutionnel, les principales forces d’opposition ont vocation à devenir des partenaires.

Sans doute la mutation des uns et des autres n’est-elle pas assez avancée pour qu’une telle addition prenne immédiatement la forme d’une coalition cohérente. Mais il est possible de s’y acheminer : que le Parti Socialiste opte enfin pour une démarche d’ouverture, loin de sa posture hégémonique, travaillant à la modernisation de ses propositions et de ses alliances ; que le Modem, à l’image du centre italien ou des libéraux démocrates anglais, choisisse l’autonomie constructive en s’engageant, sur des valeurs et des projets, au côté d’une gauche modernisée ; que les Verts assument clairement d’être des partenaires responsables dans une future majorité d’idées et de gouvernement ; que les altermondialistes, tout en maintenant leur ambition sociale, acceptent la logique représentative et l’exercice des responsabilités.

Nous avons en commun le refus de la confiscation des pouvoirs, la volonté de faire vivre le pluralisme et d’étendre le travail démocratique, en redonnant sens à la représentation politique, en permettant une véritable délibération publique, en étendant les formes de la participation civique.

Nous avons déjà en partage un discours de responsabilité appelant à la mise en mouvement de la société et des territoires et conciliant l’efficacité économique, le progrès social et la préservation de l’environnement.

Nous sommes persuadés que la multiplication des échanges, la construction de fortes convergences et l’invention d’une dynamique souple de coalition, accélèreront les mutations. Cette dynamique externe rejoint les dynamiques internes de rénovation : elles se nourrissent mutuellement et engagent un cercle vertueux de modernisation politique.

Les signataires de ce texte proposent qu’au lendemain de ce premier tour, des désistements ou des accords de soutien soient mis en œuvre afin que, dans la majorité des circonscriptions, le candidat de l’opposition le mieux placé incarne celle-ci face au candidat de la majorité.
De telles règles claires donneraient aux électeurs le sentiment que la rénovation des principales forces d’opposition est enfin concrètement engagée au même rythme que le combat politique contre la droite. Elles restaureraient la confiance, engageraient une dynamique prometteuse et poseraient des jalons pour les démarches unitaires de demain.

Nous prenons aussi l’initiative de lancer «onatoujoursraisondinventer.eu », libre plateforme de discussions et d’élaboration commune. Et nous invitons toutes celles et tous ceux qui partagent notre démarche de refondation, des idées comme des pratiques, à se retrouver le samedi 7 juillet pour une journée de travail et d’échange.

Premiers signataires :

Jacques Auxiette (Président de la région Pays de Loire)
Jean-Luc Benhamias (modem)
Jean-Marie Bockel (Sénateur-Maire de Mulhouse)
Jean-Marc Brûlé (conseiller régional d’Ile-de-France, Les Verts)
Frédéric Brun (Les verts)
Daniel Cohn-Bendit (député vert européen)
Gabriel Cohn-Bendit (militant associatif)
Mariette Darrigrand (sémiologue)
Jean-Paul Deléage (historien des sciences)
Gilles Denigot (syndicaliste, élu Vert Saint-Nazaire)
Olivier Duhamel (universitaire et éditeur)
Olivier Ferrand (candidat PS dans les Pyrénées-Orientales)
Pierrick Hamon (modem)
Bettina Laville (membre de A gauche en Europe)
Jean-Yves Le Drian (Président de la région Bretagne)
Christophe Madrolle (conseiller municipal de Marseille, Modem)
Akli Mellouli (candidat PS Val de Marne)
Jean-Pierre Mignard (avocat)
Jean-François Pascal (Délégué National du PS)
Bruno Rebelle (PS)
Joël Roman (éditeur)
Lucile Schmid (candidate PS Hauts de Seine)


Signer le texte - Voir les signataires

Publié dans actualité R2

Commenter cet article

gilles 11/06/2007 17:24

cet  appel n'a  aucun sens  pour  des électeurs  du MODEM, si ce n'est  ceux  qui proviennent  de la gauche  ou des verts.
80%  des électeurs  sont centristes, donc de centre  droit.
Si un accord  est envisageable depuis le premier tour  de la présidentielle, il ne l'est  qu'à une seule condition  et celle ci  n'est pas encore réalisée, elle le sera  sans doute dimanche  soir avec l'éclatement  du PS.
cette condition  de bon sens  est le rejet  par la majorité  du PS  avec toute alliance avec l'extrême gauche  et le PCF.
 le PS  sera  devant un choix  qu'il n'a toujours pas effectué  depuis 100 ans.
 pour ou contre le capitalisme.?
Si  les PS  avait entammé  sa rénovation  idéologique depuis au moins un an, alors  une alliance  centre  et aile droite  du PS  était possible.
 cette alliance  est la seule demain  capable  de ramener  l'aile droite  du PS  au pouvoir.
 ne pas comprendre cela  c'est accepter d'avance  20 ans  de gouvernement  de droite.