Bockel : tribune dans la tribune

Publié le par Réformisme et rénovation

LA TRIBUNE
MARDI 29 MAI
Par Jean-Marie Bockel
Ancien Ministre
Maire PS de Mulhouse et sénateur du Haut-Rhin


Le PS à l'heure de la révolution culturelle


En préférant une alternance de droite, les Français tendent au Parti Socialiste le miroir de ses insuffisances. L'heure d'une gauche nouvelle est venue. Une gauche capable de rompre avec le tout Etat, avec la culture de la dépense et de la redistribution irresponsable. Une gauche qui propose une synthèse entre le réalisme économique, la sincérité budgétaire et l'ambition sociale, le volontarisme public. Une synthèse entre les libertés et les solidarités.

Cette dynamique de rénovation doit s'amplifier. Nous voici enfin contraints de procéder, en amont du pouvoir, à notre aggiornamento idéologique. Demain nous ne nous gouvernerons plus à rebours de nos discours, nous ferons ce que nous aurons dit.
Pour prendre le pouvoir efficacement et gouverner durablement, nous avons désormais besoin d'une ligne claire. Nous avons pu mesurer à quel point les synthèses tièdes et les ambiguïtés doctrinales ont pu nuire à la crédibilité de notre projet.

Pourtant l'esquisse d'un socialisme en prise sur le monde d'aujourd'hui était là. Notre candidate en a d'ailleurs développé, dans l'urgence, les traits saillants : alliance entre l'efficacité économique et le progrès social, mise en mouvement de la société et des territoires, nouvelle démocratie sociale et politique, échange des droits et des devoirs.
Mais des scories, vestiges de conceptions rigides, entravent encore notre réformisme résolu. L'heure est venue de trancher.

Il est temps de promouvoir, sans faux-semblants, une économie de marché solidaire, fondée sur une croissance durable et innovante, sur la vitalité d'entreprises responsabilisées, sur une politique de l'emploi conciliant fluidité et sécurité, sur de fortes incitations favorables à l'augmentation des salaires et à la résorption de la précarité.
Reconnaissons qu'il n'y a pas de redistribution possible sans une politique de l'offre et une fiscalité responsable. La croissance ne se décrète pas à travers la seule relance du pouvoir d'achat et la hausse des recettes est toujours plus incertaine que la diminution des dépenses. Nous ne pouvons pas financer par la dette de fausses avancées sociales.
Osons dire que les 35 heures ne sont souhaitables que lorsqu'elles sont possibles, c'est-à-dire adaptées à la réalité des entreprises et des branches, lorsqu'elles sont issues d'un accord négocié, et qu'elles ne s'accompagnent pas d'un gel des revenus ou d'une trop grande pénibilité. Plutôt que défendre une extension rigide, privilégions le temps choisi tout en favorisant l'augmentation des bas salaires et l'amélioration des conditions de travail des salariés les plus exposés.

Assumons ensuite la nécessité de la réforme de l'Etat : mieux délimité et plus souple, l'Etat sera plus fort. Nous devons le responsabiliser et l'évaluer pour mieux garantir et rénover les services publics. Soyons clairement décentralisateurs, afin d'améliorer l'action publique en rapprochant et responsabilisant acteurs et usagers.
Cessons aussi d'établir l'équivalence absolue entre service public, propriété publique et monopole. Sans dogmatisme aucun nous devons envisager la possibilité (ou non) de déléguer les missions de service public et d'ouvrir des services à la concurrence en fonction de l'intérêt conjugué des clients et des salariés

Les Français attendent enfin la vérité concernant la réforme des retraites : face aux évolutions démographiques, l'allongement de la durée de cotisation (ou l'augmentation des versements) est inéluctable. Plutôt que de défendre un improbable droit uniforme à la retraite dès 60 ans, travaillons à la construction, avec les partenaires sociaux, d'une retraite à la carte, toujours fondée sur la solidarité. Modulons pour cela la durée de cotisation et le taux de remplacemment en fonction de la pénibilité du travail, de l'espérance de vie et des situations familiales. Les Français attendent aussi la justice: la plupart les régimes spéciaux doivent être, pour les nouveaux entrants, réformés et alignés sur le droit commun.

La crédibilité politique est aux prix de ces audaces qui sont déjà des évidences pour de nombreuses gauches européennes.

Nous avons laissé la droite s'emparer de valeurs et propositions qui incarnaient pourtant nos objectifs d'efficacité, de responsabilité et de justice.
Nous avons en un sens gagné la bataille des idées pour mieux perdre celle des hommes.
A nous désormais de porter sans tabous un projet d'avenir et de retrouver la confiance des Français.

Publié dans archives

Commenter cet article

Stéphane 31/05/2007 02:32

Et la régionalisation elle est où ?
Stéphane

gilles 30/05/2007 19:49

bravo  pour  votre  courage,soyez assuré  que  le peuple  attend  de ses représentant une vérité  réaliste  comme  celle  qu'avec beaucoup  de courage  vous  osez  enfin  dire.