Choisir celui qui est le plus en accord avec mes idées.

Publié le par Réformisme et rénovation

Maintenant pour ma part. Au travers du candidat-président que l'on va choisir, il faut trouver celui qui est le plus en accord avec mes idées, et aussi celui qui les soutiendra le plus largement, et aussi celui qui le moins susceptible de les trahir (car il ne faut se leurrer, il y aura des arbitrages).

Je voulais faire deux remarques, qui sont des points importants de ma réflexion.


 

La pensée socialiste libérale au sein du PS ne représente pas beaucoup grand chose politiquement.

Comment cela se fait-il ? Alors que nous avons le sentiment de représenter un part non négligeable du PS. Nous n'avons pas de leaders tout simplement.    

Cet état de fait est issu du congrès du Mans, où pour des raisons x, la motion 1 (dont DSK était un leader) était une motion de synthèse et non pas une motion de courant, motion qui faisait la part belle aux socialistes anti-libéraux.

Le vote utile a fait le reste.

La motion 4 s'est écroulée, le mouvement R2 est né sur les cendres de cette catastrophe politique interne. Il a fallu énormément de courage aux fondateurs de R2. Il nous a fallu aussi de la patience pour trouver le bon site.

Sincèrement, jusqu'au congrès du Mans, DSK a représenté ce qui se faisait de mieux  

 

 

Ségolène ROYAL a fait des déclarations très intéressantes sur le blairisme et le modèle suédois. En l'espace de quelques mois, de nombreux militants nous ont rejoints. Grâce à elle, il nous est possible d'exister au PS.

JM Bockel disait en substance, en octobre 2005 "DSK a laissé un tour béant sur le socialisme libéral (c'est une erreur) - Ségolène Royal s'y est engouffré, si elle est soutenue, elle pourra aller loin". A l'époque nous étions peu ...

Ségolène ROYAL a la faculté de soulever les problèmes et de naos amener à les résoudre.

Au sein du PS (peut-être moins aujourd'hui) et dans de nombreux autres partis, on enfouit les problèmes, pour faire plaisir à des amis ou à des dogmes et on déçoit. Cette démarche, c'est du socialisme pragmatique.

  

 

Je préfère donc voter pour une candidate qui écoute les militants de base et qui regarde ce qui marche, plutôt que pour quelqu'un qui gère des alliances à la tête du parti et impose des idées qui sans être mauvaises, ne peuvent en aucun être les meilleures.

 

JL Le Berre

Commenter cet article