Le Tabac

Publié le par Réformisme et rénovation

 

Empêtré dans ses échecs le gouvernement ne va pas tenter de faire aboutir une mesure législative importante.


Seuls les Français prennent des risques.


Le tabac, agir rapidement avant que nos espoirs ne partent en fumée.


Plus personne ne peut prétendre ignorer des dangers du tabac et de la tabagie. Les fumeurs sont avertis en permanence des risques encourus. Les campagnes de publicité et les messages sur les paquets leur rappellent sans cesse. Les fumeurs passifs sont alertés aussi des dangers qu’ils encourent.

La lutte contre le tabac a eu des effets positifs sur la santé publique, les lois Evin et l’augmentation du prix du tabac ont fait chuter la consommation. Tout fumeur qui arrête est une garantie supplémentaire de santé pour lui et ses proches.


Mais la réduction de la tabagie (du nombre de cigarettes par fumeur) est un leurre, le tabac reste dangereux à petite dose. On constate que sans efforts soutenus et continus, les nombreuses alertes sur la santé, le prix des cigarettes ont un effet qui s’estompe au fil du temps.

 

Aujourd’hui le bilan n’est pas très satisfaisant.

Après une diminution en 2003/2004 de 20%. On observe une stagnation des ventes de cigarettes depuis deux ans. Bizarrement, sans publicité directe, les fabricants et détaillants de cigarettes continuent de prospérer.

Les jeunes gens et en particulier les jeunes filles fument autant que leurs aînés.

Les fumeurs sont moins enclins à chercher de l’aide, quand on ne les sollicite pas régulièrement. Il faut relancer la politique de prévention et soutenir les centres d’aide. Le nombre des appels vers les centres d’aides a diminué considérablement. en un an.

« La dangerosité du tabagisme passif n’est plus à démontrer : il ne s’agit pas d’une simple gêne mais d’un problème majeur de santé publique. Fumer à l’intérieur des locaux augmente le risque de cancer du poumon tant pour le non-fumeur que pour le fumeur, génère un risque cardio-vasculaire pour le non-fumeur proche de celui du fumeur, et augmente de 66% le risque respiratoire du fumeur. Il est urgent que les pouvoirs publics prennent les dispositions indispensables à la protection des personnes, notamment des travailleurs, en interdisant totalement de fumer quand la santé des autres est en jeu, c’est- à dire à l’intérieur des locaux. » extrait du rapport du CNCT 2005.

Fumer est dangereux (mortel) pour les fumeurs et les non-fumeurs (ou fumeurs passifs), nous devons trouver les moyens de protéger les uns, tout en incitant les autres à s’abstenir. Le tabac coûte cher à la société. Il n’offre aucun avantage.

Avec encore plus de 20 millions de fumeur en France actuellement, la tabagie est un problème de santé public majeur.



L’Objectif


A terme la non-consommation de tabac est un objectif raisonnable. La seule question qui reste est : Combien de temps allons-nous mettre ?

Quand un fumeur s’arrête, il dit : « Pourquoi ne l’ai-je pas fait plus tôt ? » Nos descendants nous reprochons sans doute de ne pas avoir été plus vite, de ne pas avoir été les premiers à aller vers le zèro-tabac.


Les freins


Quels sont les freins à l’interdiction totale du tabac :

  • La liberté des fumeurs. Le plaisir des fumeurs.

  • Les modalités d’application de la loi.

  • Les bénéfices des fabricants et détaillants de tabac. Le lobby des bureaux de tabac.


Concernant la liberté du fumeur, il faut admettre qu’elle est relative. En effet il est rare de rencontrer des fumeurs totalement heureux de leur sort la plupart ne demanderait pas mieux que d’être débarrassé ad vitam aeternam de la fameuse cigarette.

Considérant le fumeur comme prisonnier de sa drogue, celui qui l’empêcherait de fumer serait alors le libérateur. Les fumeurs ne sont généralement pas hostiles à des freins concernant leur addiction, ils savent pertinemment qu’ils ont besoin d’aide et de soutien pour combattre le carcan de la nicotine. Les fumeurs sont une population fragile parce que dépendante.

Les fumeurs ne sont pas un frein, ils ont simplement de notre soutien et notre détermination pour aller vers un monde sans tabac.

La liberté d’être prisonnier de la cigarette.


Le dispositif législatif actuel n’est pas efficace.

Les amendes pour le particulier de 150 à 450 Euros sont sans doute dissuasives. Mais nous n’avons pas de statistique à ce sujet, et nous constatons que la loi n’est pas toujours respectée.

En revanche les 3000 Euros que paiera le Parc des expositions de la porte de Versailles au CNCT n’ont de valeur que celle du symbole, c’est une somme dérisoire pour un organisme comme celui-ci. C’est pourquoi symboliquement, je vous ferai remarquer que ce lieu où vous n’hésitez pas à emmener vos enfants est en perpétuelle infraction avec la loi. N’y allez plus !

L’absence de contrainte sérieuse.


La France comme la plupart des pays européens ont diminué leur production agricole de tabac, nous exportons donc ce produit. Il faudra aider les agriculteurs à se reconvertir, ils doivent théoriquement y avoir déjà penser : Le bon sens paysan devrait les écarter d’un produit aussi toxique.

Il y a à peu près 30.000 bureaux de tabac qui vendent 55 milliards de cigarettes, pour un chiffre d’affaires de 13 milliards d’Euros, dont 10,8 milliards partent à l’Etat. On voit immédiatement qu’il ne s’agit pas d’une mince affaire. Est-ce que pour autant nous devons sacrifier des vies humaines sur l’autel de la fiscalité et de l’emploi ?

L’absence de mesure pour palier le déficit d’emploi.


En France 60.000 personnes meurent à cause du tabac par an.

Saluons ces victimes, dont chacune d’entre elles permet à l’état d’engranger 500.000 Euros et d’assurer en plus un ou deux emplois.

Erigeons quelques monuments aux morts du tabac, ces patriotes qui ont su donner leur vie pour que la France éternelle et reconnaissante soit riche et travailleuse.


Les solutions


Les solutions sont là pour promouvoir à terme l’objectif : Zéro Tabac. Le tabac est un drogue dangereuse, il faut proposer aux français d’aller vers le zéro-tabac. D’abord, il faut de la détermination et du courage politique, sans cela tout plan est voué à l’échec. Les mesures doivent être nombreuses et contraignantes. Elles doivent visé aussi à protéger les enfants et les non-fumeurs.


De toute urgence

L’interdiction de fumer sur et dans tous les lieux de travail, y compris les bureaux individuels.

Concernant la protection des non-fumeurs, il apparaît clairement que l’interdiction de fumer dans tous les lieux publics fermés (y compris restaurants, discothèques, tabacs et bars) et aussi dans un certain nombre d’espaces publics ouverts comme les terrasses de café, les jardins publics, les pas-de-porte des magasins, des écoles et des immeubles de bureaux est une première mesure de bon sens.


Il faut parallèlement engager une campagne d’aide de désintoxication à destination des fumeurs. Il faut noter, que le tabac est généralement associé à d’autres drogues, café, alcool …


Augmenter les prix du tabac, mais pas de manière déraisonnable.

Augmenter les amendes sur les personnes physiques et morales qui ne respecteraient pas la loi.


Pour ce qui est du trafic de cigarettes, il faut alourdir les peines, pour rendre l’espoir de gain dérisoire par rapport aux risques.


Le problème le plus important, est le traitement de l’industrie du tabac.

Pour ce qui est des fabricants et détaillants, il faut dès à présent trouver les moyens de la reconversion, la création d’un fond de soutien alimenté par des taxes supplémentaires payées par les fumeurs et la solidarité nationale doit être envisagée.

Il me semble que les sports populaires qui génèrent un chiffre d’affaire important devraient être les principaux contributeurs.

Le sport et la culture sont paraît-il des drogues ! Substituons la pratique de la consommation de tabac par des pratiques sportives et culturelles.


Dans un deuxième temps, mais très rapidement il faut mettre en place des mesures complémentaires concernant la protection des plus jeunes, des mineurs et des familles.

L’interdiction de fumer dans des lieux confinés par exemple la voiture et en présence de non-fumeurs doit devenir une règle morale, puis une règle écrite. C’est une atteinte volontaire à l’intégrité physique d’autrui. « Fumer en présence d’autrui est dangereux pour lui, c’est l’équivalent d’une blessure. » La sphère privée ne peut pas être le refuge des fumeurs. Juridiquement, il faut appréhender le fait que de fumer en présence d’une autre personne peut-être considérer comme une mise en danger de la vie d’autrui.


Les fumeurs doivent prendre aussi leurs responsabilités.

  • Depuis plus de 40 ans les fabricants savent que la fumée est mortelle.

  • Un fumeur sur deux mourra du tabac. Un fumeur a une espérance de vie de huit ans inférieure à celle du non-fumeur.

  • Augmentation du risque de mortalité lors d’une intervention chirurgicale chez les fumeurs est avérée.


Des liens pour obtenir des informations :

http://www.cnct.org/ le comité national contre le tabac

http://www.oft-asso.fr/ l’office français contre le tabagisme

http://www.jesuismanipule.com/ site sympathique et très riche d’enseignements.


Encadré un

« La dangerosité du tabagisme passif n’est plus à démontrer : il ne s’agit pas d’une simple gêne mais d’un problème majeur de santé publique. Fumer à l’intérieur des locaux augmente le risque de cancer du poumon tant pour le non-fumeur que pour le fumeur, génère un risque cardio-vasculaire pour le non-fumeur proche de celui du fumeur, et augmente de 66% le risque respiratoire du fumeur. Il est urgent que les pouvoirs publics prennent les dispositions indispensables à la protection des personnes, notamment des travailleurs, en interdisant totalement de fumer quand la santé des autres est en jeu, c’est- à dire à l’intérieur des locaux. » extrait du rapport du CNCT 2005.

Encadré deux

À compter de ce jour, 5 avril 2006, Tabac, la conspiration, est visible sur grand écran. « Le résultat est édifiant », selon L’Officiel des spectacles, paru aujourd’hui : consultez la liste des salles et horaires dans votre guide cinéma/ spectacles habituel ou sur www.allocine.com.

Pour la première fois en France, un documentaire met à la disposition du grand public une information complète sur les agissements de l’industrie du tabac : mensonges, minimisations de la toxicité des tabagismes actif et passif, de la dépendance, manipulations du produit pour accroître cette dernière, corruption de chercheurs,... À la lumière de l’actualité, un point doit être notamment souligné : grâce au témoignage d’un lobbyiste de l’industrie du tabac, la manipulation des politiques pour éviter une protection réelle des personnes contre les dangers pour la santé du tabagisme passif est explicitée, pour le cas de la France, dans le contexte de la loi Evin en 1992. Aidez-nous à faire en sorte que l’histoire ne se répète pas. Les mesures de protection des populations présentes et futures envers les dangers des tabagismes actif et passif ne seront assurées que si celles-ci pèsent politiquement plus lourd que les lobbies du tabac. Pour cela, il est nécessaire que les populations sachent.

Tabac, la conspiration est, à ce titre, une opportunité unique. Les salles ne référenceront Tabac, la conspiration la semaine prochaine que si celles-ci sont pleines cette semaine ; elles ne référenceront le film dans deux semaines que si elles sont pleines la semaine prochaine, et ainsi de suite... Faites en sorte que Tabac, la conspiration soit un succès populaire : allez-voir ce film, faites le voir !

Le CNCT - Comité national contre le tabagisme.

Encadré trois

Trois grands noms de la presse française une nouvelle fois condamnés pour publicité illicite en faveur du tabac

Les infractions à la loi Evin dans la presse française sont encore bien trop nombreuses depuis plusieurs années. Il est urgent que les responsables de publication prennent conscience de l’importance de ne pas faire de publicité « gratuite » pour l’industrie du tabac et ne deviennent pas complice des cigarettiers.

Le  16 décembre dernier, Le Monde, les Echos et le Point ont été condamnés pour infraction à la loi Evin, suite à une action engagée par l’association DNF. Ces titres ont publié dans leurs pages des photos sur lesquelles figuraient lisiblement des marques de cigarettes. Une condamnation a été prononcée sous forme de « mise en garde » pour les titres tentés de privilégier la colossale campagne médiatique menée par l’industrie du tabac via les sports mécaniques. Il a été fait appel de ces trois décisions.

La propagande ou la publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac, des produits du tabac ou des ingrédients ainsi que toute distribution gratuite sont interdites depuis 1991. Cette publicité pour le tabac, qu’elle soit volontaire ou non, entraîne de réels préjudices aux associations et institutions qui luttent quotidiennement contre le tabagisme, responsable chaque année  du décès 66 000 personnes parmi lesquelles 3 000 n’ont jamais fumé que la fumée de leurs voisins. 

JL Le Berre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Boulbouloc 08/11/2007 00:01

Franchement assez ridicule. Vous caricaturez pour vous dispenser de voir une vérité qui vous dérange. Il y a un fond de vérité dans vos propos, bien sûr, mais ils ne servent qu'à donner une touche de véracité à des allégations et un procédé grotesque. C'est un bon fillon, la touche paillarde des lois et des impôts qui nous enquiquinent, avec la touche de victimisation d'un "fumeur modéré"...Pour vous, on peut discuter des moyens, mais y'a pas un vrai problème de fond concernant la cigarette ?

Pascal Djemaa 07/11/2007 20:41

Bonsoir,
Ne pensez-vous pas que dans l'arsenal anti-tabac on devrait rajouter l'interdiction de tous les films anciens à la télévision dans lesquels on voit des cigarettes (Gabin, Bogart, Ventura, Lorre,etc)? Ne pourrait-on pas "mettre en cabane" des fumeurs qui oseraient se rassembler dans les clubs de cigares? Bien entendu, il ne faut pas oublier la destruction sur la place publique des paquets de cigarettes entassés pour le grand autodafé. Allez, je vous invite à aller voir mon blog sur lequel vous trouverez un livre dérangeant à propos du tabac. Merci d'avance. Pascal Djemaa, journaliste. pascaldjemaa.over-blog.fr

Goku 19/06/2007 14:51

Et alors ? quand es ce que vou arreterez de faire chier les fumeurs ! sa vous plait pas ? bah foutez nous la paix !! moi j'aime pas les brocolis et je fait pas un blog special pour le dire a tout l'monde !!!

Emmanuel 16/02/2007 19:04

Bonjour. Cette interdiction, évidemment bonne parce qu’elle signe la fin de l’empoisonnement de personnes qui n’ont rien demandé, pose quelquechose de complexe dans la sociétés. En effet, l’état nous dépossède progressivement du souci que chacun doit avoir pour sa santé. A suivre sur www.InterdictionDeLaCigarette.Com A+

BCN 14/10/2006 12:06

Le décret actuel ne va pas si loin mais c'est déja une bonne chose. Le délai de transition peut permettre l'adaptation de certains. Il y a des mesures d'aides à ceux qui veulent arrêter. Mais dommage de faire ça par décret, la peur des députés face au pseudo-pouvoir d'influence des buralistes ? Il faudra de toute façon modifier la loi Evin pour qu'il rentre en application. ( normalement un décret n'agit pas sur une loi mais bon...)