Débranchons la machine à perdre et soufflons un peu (sur les braises)

Publié le


Quelques nouvelles du web alors que dans le parti socialiste, la terre tremble. Le parti entre peu à peu en ébulition, de tous côtés une tension sourde imprègne l'admosphère.
Cela devient intéressant.

Sans doute cette fois ci de vrais questions de fond seront soulévées, travaillées, pénétrées, tranchées. Royal et Delanoë se dévoilent, sans lever toutes les incertitudes. Les vieilles stratégies restent de mise chez l'un, alors que de nouvelles démarches un peu illusoires sont mises en avant chez l'autre.
Et pour l'instant certaines pratiques détestables ne sont pas à la hauteur des ambitions affichées.

En sera t-on réduit à un affrontement violent, de postures et de personnes, de discours démagogiques à visée majoritaire, qui casserait le parti sur une base non-idéologique ? En sera t-on réduit à un choix précipité et non définitif d'un candidat à la présidentielle, arbitré par les médias et les sondages, où le meilleur moyen de ne pas se tromper serait de choisir au hasard ?

Espérons que non. C'est un risque si on laisse prendre la sauce destructrice. Mais on peut faire confiance, avec prudence et recul, aux deux personnages pour éviter ceci et travailler réellement sur une réponse de fond, la construction d'une alternative.
Il faut également encourager ceux qui veulent débrancher la machine à perdre, pour affirmer leurs idées et stratégies alternatives, leurs propositions concrètes. (qu'il faudra juger lorsqu'elles seront là.)


Les grandes déclarations n'ont pour l'instant pas permis de réellement dessiner encore ce que seront les propositions, où le projet de société.
Que fais t-on dans la mondialisation, l'Europe doit-elle être protectrice, quel type de croissance, comment répond on au changement radical et accéléré que va impulser le pétrôle durablement cher, comment anticiper la nécessaire immigration de masse dont l'Europe aura besoin, qui sera porteuse de tensions identitaires, la déqualification du travail, la société du loisir...
Et concrètement faut-il revenir sur le dispositif des heures sup, faut-il appliquer la loi de 1905 à l'Alsace, quelle réforme des retraites, comment permettre un nouveau dialogue social, quelle politique fiscale dans une économie de la connaissance compétitive et aux injustices croissantes, comment accompagner le vieillissement d'une France urbanisée et métissée etc...







Publié dans Rénovation du PS

Commenter cet article

Michel MARTIN 27/05/2008 14:09

Curieuse impression de décalage. Comme si les questions qui se posent dataient d'une autre époque déjà révolue. Les heures sup, la croissance, le travail. Comme si on était là à se chicanner alors que le monde a toujours une longuer d'avance sur la politique, sur la conscience de ce monde. Quels sujets sélectionner pour l'action politique? Mon idéologie solidaire et libérale ne sait plus à quel Saint se vouer, mais surement pas à Saint Bertrand ni à Sainte Ségolène.

Timothee 26/05/2008 17:25

Pour moi, il n'y a qu'une seule candidature que je trouve légitme, qui prend de la hauteur et du recul par rapport aux autres. C'est celle de Moscovici. Il a tres bien compris qu'il fallait de suite éviter tout combat des chefs stéril et redonner une véritable structure idéologique à notre parti avant des primaires programmées pour 2011.à suivre...