Modem : quelques questions que l'on doit se poser... (2)

Publié le

2 Qu'est-ce aujourd'hui ?

Un parti par défaut ? Avec quelle ligne ?

Leur ligne est variable, et encore relative aux positionnements des autres, même s'il y a la tentative de construire une pensée plus autonome.

Leur alliance avec Cap21 et des anciens verts a introduit l'écologie au modem. La démocratie participative est vantée, ainsi qu' une gestion sérieuse des deniers publics.
Le rêve européen et une vision plutôt décentralisée sont des marqueurs du modem comme hier de la démocratie chrétienne.
L'idéologie affirmée comme sociale-libérale du rapport Attali peut plaire à beaucoup d'entre eux, mais pas la méthode.

Les sectarismes sont souvent opposés aux vertues d'une société civile et les partis politiques sont parfois
(trop facilement) critiqués par nature.
Alors qu'à certains moments le modem offre un consensus mou, bon père de famille, à d'autres il est extrême centrisme, intransigeant, innovant, parfois naïf. Souvent, la parole de Bayrou est leur programme.

Parfois la politique est décriée et décrite comme un obstacle, parfois le retour du politique (mais sans les partis, ou tous ensemble) est demandé, parfois la politique est acclamée, le modem tentant de se substituer alors à l'un des grands partis dans le vote...
Généralement la politique participative est présentée comme devant se substituer aux querelles politiciennes. Mais aussi parfois malheureusement aux enjeux nobles de la politique...

Plus largement, plus le parti grandit, plus il se retrouve confronté à ce qu'il a critiqué au PS, une divergence interne importante sur certains points, qu'il faut gérer, dont on peut aussi tirer débats et avantages. 


Le modem étant au centre, à chaque élection ses partisans se divisent au second tour. Par ailleurs, les strates de sa structuration historique continuent à diverger souvent.

Ainsi le modem a été une victime de choix de l'ouverture, presque partout des dirigeants de centre droit de l'anciens udf quittent le navire, pour des raisons idéologiques ou opportunistes.

La ligne autonome est finallement rare, et souvent contesté par des individualités, les divisions et hésitation sont nombreuses, presque inévitables.


Plus globalement pour ces municipales, le parti fait fréquemment alliance dès le premier tour, alternativement avec les uns ou avec les autres. Dans une logique de comparaison des programmes ? Parfois.

Malheureusement une analyse concrète montre plutôt que le plus souvent ils font alliance avec ceux qui ont le plus de chance de l'emporter, sans que ce ne soit théorisé, mais les faiblesses de quelques-uns, et la volonté d'exister font les alliances.


(précédent :
-de l'udf au modem

à venir :
-vers quoi se dirige le modem ?
-les nouveaux rapports entre PS et modem
-risque ou opportunité pour le PS , comment agir ?)

Publié dans Politique nationale

Commenter cet article

vincent 15 29/02/2008 07:44

là on tombe dans la caricature

anonyme 23/02/2008 18:28

Je confirme votre analyse de l'opportunisme politique du MoDem. Sur la ville où je réside le choix de l'alliance avec l'UMP s'est fait non sur une base programmatique, mais par refus du maire PS de toute discussion avec le MoDem.De plus, il y a des anciens membres du FN sur la liste UMP.J'ai donc rendu ma carte, je ne suis pas le seul, et je pense que ce mouvement va aller en s'emplifiant après les élections municipales, tant le Modem reste verrouillé par les anciens UDF qui refusent de voir leurs avantages remis en cause.